Prise en compte des critères ESG

Les dirigeants d’I D A M ont décidé de s’inscrire dans une démarche proactive et pragmatique concernant l’approche ESG de la société. La première étape dans laquelle notre société se trouve actuellement, a consisté à définir un nombre limité, simples mais pertinents et objectifs de critères afin d’évaluer l’impact ESG des sociétés partenaires / prestataires mais aussi des sociétés dans lesquelles nous investissons.

Nous avons ainsi défini 15 critères autour des 3 axes d’engagement suivants :

1. Axe Social

► Emploi :
effectif total et répartition des salariés par sexe, par âge et par zone géographique ; embauches et licenciements ; rémunérations et leur évolution.
► Organisation du travail :
organisation du temps de travail ; absentéisme.
► Santé et sécurité :
conditions de santé et de sécurité au travail, accidents du travail, notamment leur fréquence et leur gravité, ainsi que les maladies professionnelles.
► Relations sociales :
organisation du dialogue social, notamment les procédures d’information et de consultation du personnel et de négociation avec celui‐ci ; bilan des accords collectifs, notamment en matière de santé et de sécurité au travail.
► Formation :
politiques mises en œuvre en matière de formation, notamment en matière de protection de l’environnement ;
nombre total d’heures de formation.

2. Axe Environnemental

► Politique générale en matière environnementale :
organisation de la société pour prendre en compte les questions environnementales et, le cas échéant, les démarches d’évaluation ou de certification en matière d’environnement ; moyens consacrés à la prévention des risques environnementaux et des pollutions ; montant des provisions et garanties pour risques en matière d’environnement, sous réserve que cette information ne soit pas de nature à causer un préjudice sérieux à la société dans un litige en cours.
► Pollution :
mesures de prévention, de réduction ou de réparation de rejets dans l’air, l’eau et le sol affectant gravement l’environnement ; prise en compte de toute forme de pollution spécifique à une activité, notamment les nuisances sonores et lumineuses.
► Économie circulaire :
Prévention et gestion des déchets : mesures de prévention, de recyclage, de réutilisation, d’autres formes de valorisation et d’élimination des déchets ;
actions de lutte contre le gaspillage alimentaire ; Utilisation durable des ressources : consommation d’eau et approvisionnement en eau en fonction des contraintes locales ; consommation de matières premières et mesures prises pour améliorer l’efficacité dans leur utilisation ; consommation d’énergie, mesures prises pour améliorer l’efficacité énergétique et le recours aux énergies renouvelables ; utilisation des sols.
► Changement climatique :
postes significatifs d’émissions de gaz à effet de serre générés du fait de l’activité de la société, notamment par l’usage des biens et services qu’elle produit ;
l’adaptation aux conséquences du changement climatique, incluant les objectifs de réduction fixés volontairement à moyen et long terme pour réduire les
émissions de gaz à effet de serre et les moyens mis en œuvre à cet effet.
► Protection de la biodiversité :
mesures prises pour préserver ou restaurer la biodiversité.

3. Axe Sociétal et respects des droits fondamentaux

► Égalité de traitement :
mesures prises en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes ; mesures prises en faveur de l’emploi et de l’insertion des personnes handicapées ;
politique de lutte contre les discriminations.
► Engagements sociétaux en faveur du développement durable :
impact de l’activité de la société en matière d’emploi et de développement local ; impact de l’activité de la société sur les populations riveraines ou locales; relations entretenues avec les parties prenantes de la société et les modalités du dialogue avec celles‐ci ; actions de partenariat ou de mécénat.
► Lutte contre la corruption :
actions engagées pour prévenir la corruption.
► Promotion et respect des stipulations des conventions fondamentales de l’OIT : respect de la liberté d’association et du droit de négociation collective
; élimination des discriminations en matière d’emploi et de profession ; à l’élimination du travail forcé ou obligatoire ; abolition effective du travail des
enfants.
► Autres actions engagées en faveur des Droits de l’Homme.

La seconde étape de collecte des données est en cours. L’objectif consiste surtout à encourager les sociétés qui partagent notre écosystème à engager des réflexions pratiques sur ces sujets.
La stratégie de développement de notre société est fondée sur notre conviction que la croissance économique est portée par celle des PME et ETI. Nous connaissons bien ces sociétés et nous savons donc que l’adoption d’une politique en matière d’ESG s’inscrit rarement dans leurs premières priorités. Par conséquent, notre objectif consiste, par la soumission de notre questionnaire, à leur faire prendre conscience que nous sommes désormais sensibles à ces aspects. Nous recherchons ainsi à les convaincre de l’intérêt d’avoir a minima une politique d’engagement à l’égard de quelques critères qui peuvent par exemple prendre un sens particulier dans la conduite de leurs affaires ou dans le secteur d’activité auquel elles appartiennent. In fine, nous visons à ce que les sociétés concernées écrivent des politiques en matière d’ESG, les respectent et les fassent respecter car c’est un facteur structurant pour l’organisation et la gouvernance de leurs activités et par conséquent positif dans le regard de l’investisseur que nous sommes.

En ce qui concerne la gestion des fonds IDAM, la prise en compte de critères ESG dans la sélection finale des titres entrant dans la composition du portefeuille vise à éliminer les titres présentant des risques spécifiques notamment en termes de gouvernance, de qualité de management, de qualité du modèle économique, ou de qualité de la structure financière. Les critères relatifs au contexte social (nombre d’employés, turnover, répartition par âge et par sexe, nombre de conflits sociaux…) seront suivis avec attention comme les critères relatifs à la gouvernance et à l’environnement. Cette analyse extra-financière est effectuée lors de l’étude des rapports ainsi que des rencontres avec le management. Cette analyse extra-financière est donc réalisée concomitamment à l’analyse fondamentale.

Les équipes d’IDAM et les conseillers respectifs des fonds (des prestataires externes sélectionnés parmi plusieurs dont IDMidCaps) donnent une importance similaire à l’analyse extra financière et à l’analyse financière. Les équipes d’IDAM et des conseillers des fonds s’efforcent ainsi de récolter le maximum d’informations quant à ces critères, mais il est important de noter que les rapports des PME et ETI ne sont pas toujours exhaustifs quant aux informations communiquées concernant ces critères, et ne permettent pas toujours d’avoir une analyse satisfaisante de ces derniers. Dans le cas où les informations mises à la disposition d’IDAM et des conseillers s’avèrent insuffisantes pour réaliser une analyse extra-financière de la cible, la cible n’est pour autant pas écartée par le gérant tant que celle-ci ne présente pas de risques spécifiques notamment en termes de gouvernance, de qualité de management, de qualité du modèle économique, ou de qualité de la structure financière.